archives

La Renaissance

Vous êtes ici : Cartes et plans d'ancien régime / Introduction / La cartographie / Renaissance

Gérard de Cremere dit Gerardus Mercator (1512-1594)

Les progrès décisifs de la cartographie européenne à la Renaissance sont liés à la redécouverte des travaux antiques, à l'essor des grands voyages et à des innovations techniques. La traduction des écrits de Ptolémée, grâce au développement de l'imprimerie, permet la construction de nouvelles mappemondes, accompagnées d'un réseau de coordonnées en latitude et en longitude. évitant les erreurs de ce dernier sur la longitude, elles indiquent, comme celle de Martin Behaim de Nuremberg, un océan abordable, et sont à l’origine des grandes expéditions maritimes de Christophe Colomb, Vasco de Gama et Fernand de Magellan... La découverte de l'Amérique élargit considérablement la connaissance cartographique du globe. La plus ancienne carte figurant le Nouveau Monde est dessinée, en 1500, par l'explorateur espagnol Juan de la Cosa. S’impose alors la mise au point de systèmes de projection adéquats.

 

En 1569, le géographe et mathématicien flamand Gerhard Mercator établit un système où parallèles et méridiens se recoupent à angles droits. L'essor de l'imprimerie permet enfin une meilleure représentation et une diffusion plus large des cartes. Au XVIe siècle, l'Europe occidentale compte plusieurs centres de production cartographique en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas. à Anvers, Ortelius conçoit, en 1570, un atlas mondial (Theatrum orbis terrarum) de 70 cartes et dessine une carte du monde où ancien et nouveau mondes figurent dans deux cercles distincts parcourus de méridiens courbes. En France, les géographes du roi, Nicolas de Nicolay et Jean Jolivet, reçoivent vers 1560 la mission de dresser la carte des provinces du royaume (notice 966).

 

 Plan du site Mentions légales